Le pain d’épices dans tous ses états !

Incontournable pendant la période des fêtes de fin d’année, le pain d’épices s’invite sur la table de bon nombre d’entre nous à cette occasion. La mythique pâtisserie qu’est le pain d’épices peut se retrouver de l’apéritif jusqu’au dessert en passant par le plat, puisque son goût caractéristique s’accorde avec toute une multitude d’ingrédients. Si vous êtes curieux de savoir comment cuisiner autrement le pain d’épices, de façon traditionnelle ou plus audacieuse, vous êtes au bon endroit !

La cannelle, la badiane ou encore l’anis rythment nos fêtes de fin d’année en se retrouvant dans nos assiettes ou dans nos verres. On retrouve notamment ces épices, entre autres, dans le pain d’épices. Cette pâtisserie traditionnelle est devenue pour certains d’entre nous une véritable madeleine de Proust. Saveur caractéristique des repas festifs et conviviaux, le pain d’épices rappelle la préparation de la collation du Père Noël déposée à côté de la cheminée (ou de la fenêtre à défaut de cheminée), l’impatience d’ouvrir nos cadeaux sous le sapin de Noël, ou simplement la gourmandise propre à cette période.

Comme vous l’aurez compris, nous allons nous attarder sur le pain d’épices, ses origines, sa recette traditionnelle et les associations plus ou moins étonnantes. Si vous êtes prêt(e) pour un voyage de saveurs, alors à vos tabliers !

Nous, quand on critique notre tablier festif !

Le pain d’épices : les origines

Si vous posez la question « depuis quand existe le pain d’épices ? », on vous répondra sûrement que c’est vieux comme Mathusalem. Charmante expression synonyme de longévité, faisant référence à un personnage biblique qui aurait vécu entre l’an 687 et l’an 1656 (le monsieur aurait fêté 969 ans, oui…). Et bien figurez-vous que l’origine du pain d’épices est antérieure à ce cher Mathusalem, puisque les Égyptiens de l’Égypte Antique consommaient déjà du pain au miel.

Ce sont les Chinois qui auraient inventé, au Xe siècle, un pain au miel se rapprochant le plus de notre pain d’épices actuel. Le pain au miel, dit « Mi-Kong », se composait de farine de froment, de miel et de plantes aromatiques. Suite aux croisades du Moyen-Âge, les occidentaux ramenèrent ce pain en Europe où son apogée arriva au XIVe siècle, lorsque les pâtissiers Rémois innovèrent en ajoutant des épices. Cela donnera la corporation des pain-d’épiciers en 1571, qui revendiqua le monopole de la recette du pain d’épices. Le roi Henry IV reconnut ce monopole en 1596.

De nos jours, s’il est indiqué « pain d’épices de Reims », cela signifie que la pâtisserie est composée de farine de seigle, contrairement au « pain d’épices de Dijon » fait à partir de farine de blé.

Maintenant que vous savez que la recette provient de Reims, découvrons ensemble les détails et les ingrédients qui rentrent dans la composition du pain d’épices originel.

Le pain d’épices traditionnel

La recette traditionnelle du pain d’épices

Vous allez peut-être être étonné(e), mais la recette originale n’implique pas de beurre, de lait ou d’œuf ! C’est ce qui différencie le pain d’épices et un cake classique. Le premier pain d’épices étant rémois, cela implique l’utilisation de farine de seigle. Mais voyons la recette plus en détail !

Ingrédients : 250 de farine de seigle (T130), 250g de miel de châtaigner, 175ml d’eau, 1 càc de bicarbonate de soude, 10g de mélange à pain d’épices.

  1. Commencez par préchauffer votre four à 180°C, puis versez le miel dans l’eau chaude pour le dissoudre.
  2. Dans un cul de poule, mélangez les ingrédients secs (farine, bicarbonate et épices). Ajoutez-y le miel dilué et mélangez au fouet manuel, jusqu’à obtenir une pâte homogène.
  3. Remplissez votre moule à cake de la préparation. Si votre moule n’est pas anti-adhésif, nous vous conseillons d’ajouter un peu de matière grasse pour que le pain d’épices se démoule facilement.
  4. Enfournez pour 50min dans un four baissé à 150°C.
  5. Une fois cuit, enveloppez votre pain d’épices dans un film alimentaire. Il gardera ainsi son humidité, ce qui ajoutera encore plus de moelleux.

Il est connu de tous que le pain d’épices est meilleur le lendemain, voire le surlendemain. Donc si vous avez la force de résister, vous en serez récompensé(e) par un pain d’épices moelleux et riche en saveurs ! Si vous souhaitez le préparer pour votre repas de Noël, vous pouvez tout à fait le faire en avance, puisque le pain d’épices se conserve très bien. À partir du moment où il est enveloppé d’un linge pour éviter qu’il ne sèche, le pain d’épices se conserve plusieurs semaines.

Une petite tranche de pain d’épices, ça vous dit ?

Les différentes associations

Les recettes salées

Que ce soit dans les établissements étoilés ou chez les particuliers, il n’est pas rare de retrouver du pain d’épices dans l’assiette. Grâce à son goût caractéristique et ses saveurs épicées, le pain d’épices s’accorde avec un grand nombre d’ingrédients pour obtenir un plat raffiné ou au contraire un repas simple et convivial.

La première association que tout le monde connaît, ou presque, c’est avec le foie gras. C’est un mariage classique et efficace qui fait toujours son petit effet. Il peut s’agir d’un foie gras déposé sur une tranche de pain d’épices, d’un millefeuille de foie gras à la poire et au pain d’épices ou même des nuggets de foie gras enrobés de chapelure au pain d’épices. Foie gras et pain d’épices, l’alliance festive par excellence !

Le pain d’épices s’accorde également parfaitement avec le gibier tel que le sanglier, le chevreuil ou la biche. Principalement sous forme de sauce, le pain d’épices saura mettre en valeur les saveurs authentiques de la viande de gibier.

Il existe encore toute sorte d’association avec le pain d’épices comme le canard (notamment le magret), la viande blanche (comme le poulet mijoté au pain d’épices, abricots secs et au miel), le poisson blanc (surtout le cabillaud) ou même les endives que vous pouvez braiser à l’orange et au pain d’épices.

Pour une sauce au pain d’épices réussie, émincez une échalote et faites-la revenir dans une casserole avec un peu de jus d’orange (20cl). Laissez réduire de moitié le mélange puis ajoutez 3 tranches de pain d’épices émiettées finement ainsi que 25g de beurre. Mélangez bien à feu doux pour lier la sauce. Assaisonnez et servez en nappant votre morceau de viande par exemple.

Le classique foie gras au pain d’épices, simple et efficace !

Les recettes sucrées

Pour ce qui est des desserts, les possibilités sont presque infinies ! Un peu de pain d’épices par ci, beaucoup de pain d’épices par là et vous êtes sûr(e) d’avoir un dessert gourmand et savoureux. Vous pouvez utiliser le pain d’épices tel quel mais aussi le transformer en mousse, crème, chantilly, crumble… De quoi vous faire plaisir à de maintes occasions !

En résumé, le pain d’épices s’utilise avec tout (le chocolat, les fruits…) et sous toutes les formes : en bûche de Noël, en truffes, en tourte, en crumble, en tiramisu, en biscuits ou même en crème brûlée et en pain d’épices perdu.

Pour vous donner des idées concrètes, voici deux recettes rapides et faciles incluant le pain d’épices :

  • Truffes au pain d’épices : émiettez 115g de pain d’épices dans un cul de poule et versez 45cl de jus d’orange (ou de café selon vos préférences) et 25g d’écorces d’orange confites (ou du gingembre confit). Lorsque le pain d’épices est bien imbibé, écrasez-le à la fourchette jusqu’à l’obtention d’une préparation homogène. Réservez 15 minutes au congélateur. Récupérez ensuite la pâte et formez 12 petites boules. Roulez-les dans une assiette remplie de copeaux de chocolat noir pour les enrober totalement. Réservez au frais jusqu’à la dégustation.
  • Crème chantilly au pain d’épices : dans un cul de poule, émiettez 2 tranches de pain d’épices et versez 100ml de crème liquide entière. Mélangez bien pour imbiber le pain d’épices et réservez au réfrigérateur pendant 1h à couvert. Pour vous faciliter le montage de crème chantilly, vous pouvez même déposer le mélange au congélateur pour les 15 dernières minutes. Montez la chantilly au fouet électrique jusqu’à l’obtention d’une crème bien ferme. Vous pouvez y ajouter des épices et/ou du sucre vanillé selon vos goûts.

Pour vous lancer dans un dessert un peu plus élaboré, vous pouvez opter pour l’entremets clémentine pain d’épices. Cet entremets saura ravir les papilles de vos proches et les impressionner avec une décoration comestible particulièrement festive !

Les boissons

Le pain d’épices s’adapte à toutes sortes de mets, mais aussi à plusieurs boissons ! Avec ou sans alcool, vous allez pouvoir déguster une boisson étonnante vous rappelant le pain d’épices.

Pour les boissons avec alcool, sachez que le goût du pain d’épices s’accorde très bien avec le brandy, l’Amaretto et le rhum. Pour ces cocktails, il est rare d’utiliser du vrai pain d’épices, au profit du sirop de pain d’épices. Vous pourrez ainsi préparer un brandy eggnog (sirop pain d’épices, brandy, lait, œuf) ou pourquoi pas un cocktail pain d’épices colada, incluant du rhum, de l’amaretto, de la crème de coco, du sirop de pain d’épices, du jus d’ananas et de citron. À consommer avec modération, bien sûr !

Quant aux boissons sans alcool, le pain d’épices est LA touche originale à apporter pour donner du peps ! Que ce soit un simple lait chaud au pain d’épices, un café gourmand, un latte ou pourquoi pas un chocolat chaud. Vous pourrez faire découvrir les saveurs du pain d’épices, autrement qu’en gâteau. En dosant selon les préférences de chacun, vous ravirez les papilles des petits comme des grands !

Un bon chocolat chaud au pain d’épices
pour un moment gourmand et réconfortant !

Les indispensables

Comme vous l’avez compris, le pain d’épices se retrouve partout. Bien qu’il y ait des recettes très éloignées les unes des autres, il existe cependant plusieurs éléments en commun. Que ce soit des ingrédients ou du matériel, voici un petit tour d’horizon des indispensables lorsque l’on parle de pain d’épices !

Ingrédients

Qu’il s’agisse d’une boisson, d’une recette salée ou sucrée, il y a des ingrédients à côté desquels on ne passe pas. Pour les adeptes du pain d’épices, voici les ingrédients qu’il faut toujours avoir dans vos placards pour assouvir une envie inopinée de gourmandise !

  • Mélange à pain d’épices : chaque mélange d’épices est propre à chacun et à ses préférences. Mais il existe cependant un noyau commun à tous : cannelle, badiane (aussi appelée anis étoilé) et clous de girofle. Avec ses 3 épices, vous tenez la base du mélange à pain d’épices. Vous pouvez bien sûr ajouter quelques épices que vous appréciez particulièrement comme la coriandre, l’anis vert, le gingembre ou encore la noix de muscade ! Que ce soit un mélange à épices déjà prêt ou fait maison, il vous aidera à doser parfaitement vos épices et à équilibrer les saveurs selon vos envies et selon la recette.
  • Sirop pain d’épices Monin : dans une boisson, dans une préparation à gâteau, dans une sauce ou dans une crème, le sirop Monin aux saveurs de pain d’épices vous aidera à augmenter la dose de gourmandise. Prêt à l’emploi et simple à doser, ce genre d’ingrédients est idéal pour gagner du temps sans mettre de côté le goût et ce, tout au long de l’année !

Matériel

Que vous vous lanciez dans la préparation du pain d’épices traditionnel ou dans une version plus contemporaine, un certain matériel vous sera nécessaire. Ce genre de recette n’implique pas d’investir beaucoup… Donc inutile d’hypothéquer votre maison ou de vendre un rein, puisqu’il suffit d’un moule et de l’huile de coude !

  • Moules : le moule parfait pour un pain d’épices classique est le moule à cake, que pratiquement tout le monde possède. Plusieurs matières sont possibles cependant : moule en papier, moule en carton et moule anti-adhésif en métal. Tout dépendra de votre préférence et du rendu que vous souhaitez. Si vous voulez le transporter et l’offrir, les moules à usages uniques comme les moules papier et carton seront plus adaptés (sauf si vous voulez offrir le moule en métal en plus du gâteau). Pour le déguster chez vous et ainsi pouvoir le démouler et peut-être le décorer joliment, le moule anti-adhésif sera à privilégier.
  • Emporte-pièces : pour des biscuits en pain d’épices, sauf si vous êtes un as de la découpe de pâte à biscuit, l’accessoire obligatoire est l’emporte-pièce (aussi appelé découpoir). En plastique ou en métal, vous trouverez des emporte-pièces de toutes les formes, dont bien sûr certains rappelant le thème de Noël : sapin de Noël, cadeau, cloche, Père Noël, flocons de neige et évidemment, les bonshommes pain d’épices ! Encore une fois, le choix se fera selon vos envies ! Vous pouvez choisir un ensemble de divers découpoirs ou utiliser toujours le même et les différencier avec un glaçage ou simplement les laisser nature.

Si après la lecture de cet article, vous n’êtes pas en train de vérifier les épices en votre possession pour réaliser un pain d’épices, nous rendons notre tablier ! Que vous soyez un fan inconditionnel ou plutôt frileux face au goût si particulier du pain d’épices, nous espérons que cela vous aura permis de voir le pain d’épices différemment, en vous donnant l’envie de tester une des associations énumérées.

Pour continuer dans le côté festif, si cela vous tente, nous avons un grand nombre de recettes ou de conseils sur les repas de fin d’année. Si vous êtes en vacances, profitez-en pour cuisiner et/ou pâtisser en cherchant l’inspiration pour le repas du Nouvel An. N’hésitez pas à aller fouiner sur le blog, vous trouverez sans aucun doute la recette qu’il vous faut !

« Les vacances sont faites pour pâtisser »
Nous sommes bien d’accord !
Derniers commentaires
  • A partir d’un blog où l’on parlait de rhodoïd, ne connaissant pas ce produit j’ai cherché sur mon moteur de recherche et j’arrive ici sur votre site. Le chapitre étant bien expliqué avec de jolis décors, j’ai poussé plus loin cette visite.
    Et voilà que je tombe sur le pain d’épice traditionnel. Quelle chance !
    A ma connaissance, vous êtes le seul à parler de ce pain d’épices, sur tous les autres sites ils sont à base d’œufs et ou de lait.
    J’avais perdu ma recette qui s’appelait « pain d’épices juif » tirée d’une revue.J’utilisais de l’anis vert, des petites graines très parfumées.
    Par contre dès la sortie du four, je l’enroule dans un torchon propre et je l’oublie pendant une semaine au moins (comme le pudding) et je vous assure que, plus les jours passent, meilleur il est, c’est justement parce qu’il n’y a ni œufs, ni lait, qu’il peut se conserver longtemps.
    je suis vraiment ravie de retrouver cette recette chez-vous, vous ne pouvez pas savoir à quel point.
    Mille merci à vous
    Merci aussi de faire appel à notre intelligence sur la partie historique, j’apprécie beaucoup, ainsi que la sobriété du site.
    Bonne fin de soirée
    Léo

LAISSER UN COMMENTAIRE